Le Sens of Wonder : « L’astrophysique, un recul ultime sur le monde »

Le Sens of Wonder : « L’astrophysique, un recul ultime sur le monde »

Sebastien Carassou

Dans cet entretien, Okay Doc donne la parole à Sébastien Carassou, docteur en astrophysique et créateur de contenus scientifiques sur sa chaîne Youtube Le Sens of Wonder.

Quel est votre domaine de spécialité ?

Je suis docteur en astrophysique, spécialisé dans l’évolution des galaxies. Pendant l’essentiel de ma (courte) carrière scientifique, j’ai tenté de comprendre comment ces nuages d’étoiles, de gaz et de poussière liés par la gravitation ont changé de taille, de forme et de luminosité au cours des 10 derniers milliards d’années de l’histoire du cosmos.

Pouvez-vous nous détailler les principaux résultats de votre recherche ?  

Durant ma thèse, j’ai développé une méthode originale permettant d’expliquer les lois d’évolution des galaxies à partir de simulations réalistes d’images de grands relevés astronomiques (des clichés d’une portion du ciel nocturne réalisés par nos meilleurs observatoires et pouvant contenir des centaines de milliers de galaxies). 

Pourquoi avez-vous quitté la sphère académique ?

Il y a plusieurs raisons à cela. D’une part, j’ai fini par me rendre compte que je prenais plus de plaisir à diffuser les connaissances scientifiques qu’à en produire de nouvelles. D’autre part, s’engager dans une carrière académique aujourd’hui demande énormément de sacrifices.

En astrophysique, les jeunes chercheur(e)s sont fortement encouragé(e)s à enchaîner les contrats post-doctoraux à l’étranger avant de pouvoir espérer trouver un (éventuel) poste fixe, ce qui implique au passage de réinitialiser sa vie sociale tous les deux ou trois ans. J’ai beaucoup aimé mon passage dans le monde de la recherche, mais je n’étais pas prêt à faire ce genre de sacrifice pour continuer à en faire partie.

Comment travaillez-vous à présent ?

Je suis vulgarisateur scientifique indépendant. J’aime mettre la science en récit en utilisant de nombreux médias, mais mon médium de prédilection reste la vidéo. Ainsi, je vulgarise les sciences de l’univers à un large public sur la chaîne Youtube « le Sense of Wonder », que je co-anime avec mon ami Étienne Ledolley.

Je donne aussi de nombreuses conférences à destination de publics variés qui vont des jeunes enfants aux entreprises, et j’anime occasionnellement des formations à l’écriture de vidéos de sciences et aux usages de Twitter dans le monde académique. Enfin, je suis auteur d’un ouvrage de vulgarisation intitulé le Cosmos et nous (éditions des Équateurs) qui traite de questions existentielles passées au prisme des sciences naturelles.

galaxie

Quels sont les réactions de votre public lorsque vous leur parlez de science ?

Le sentiment qui domine chez mon public est l’émerveillement. Un émerveillement devant l’immensité du cosmos, mais aussi devant les prouesses de technologie et d’ingéniosité humaine qu’il a fallu déployer pour construire notre vision contemporaine du cosmos. J’ai beaucoup de chance de travailler dans un domaine qui a tendance à faire rêver les gens.

L’astronomie est une science riche en belles images et en simulations numériques qui excitent l’imaginaire et nous font voyager mentalement dans des contrées aussi hostiles que la surface du Soleil et aussi inaccessibles que les lunes glacées de Jupiter ou de Saturne. Mais je dois régulièrement faire face à certains préjugés que je ne me lasse pas de démystifier.

Ainsi, j’entends souvent que la science prétend avoir réponse à tout (loin de là !), ou qu’elle est « révolutionnée » tous les mois, ce que j’interprète comme une conséquence directe du traitement sensationnaliste de l’actualité scientifique dans les médias.

Quels sont les grands mythes de la science selon-vous ?

Il y en a deux qui font particulièrement obstacle à une bonne compréhension de la démarche scientifique :

– la science n’est pas une collection de faits bruts et objectifs sur le monde, mais un processus dynamique d’investigation du réel. Nos théories et nos modèles sont constamment testés, révisés et complétés par de nouvelles expériences et observations.

– la science n’est pas une affaire de génies solitaires faisant des découvertes dans leur coin, mais une entreprise fondamentalement collective, faite d’échange d’idées et d’observations entre les différent(e)s acteur(ice)s de la communauté scientifique.

Comment voyez-vous la coopération entre la recherche et les entreprises ? 

Je connais très peu le monde de l’entreprise. Mais je sais que dans le domaine du spatial, les collaborations fructueuses entre les secteurs public et privé sont chose courante. Par exemple, la conception du miroir, du pare-Soleil et de certains instruments du télescope spatial James Webb, successeur du légendaire télescope Hubble, a été confiée à des industriels comme Northrop Grumman ou Airbus.

Il y a aussi de nombreux transferts de compétences de la recherche vers le monde de l’entreprise. Ainsi, pour créer le trou noir Gargantua du film Interstellar, la société d’animation Double Negative a fait appel à des astrophysiciens pour coder un simulateur de cadavre stellaire qui soit visuellement réaliste. 

Que pensez-vous pouvoir apporter aux entreprises intéressées par l’astrophysique ? 

L’astrophysique nous offre un recul ultime sur le monde qui nous entoure. Cette vision d’ensemble, que certains astronomes appellent « perspective cosmique », bénéficie à tous les humains sans exception. Cette discipline nous entraîne à réfléchir à différentes échelles de temps et d’espace à la fois.

Elle nous aide aussi à penser en termes d’interrelations, de propriétés émergentes et de boucles de rétroactions. En d’autres termes, l’astrophysique peut participer au développement d’une pensée systémique qui peut être utile aux entreprises dans leur quête de durabilité et de résilience.

TÉLÉPORTER DES SCIENTIFIQUES SUR MARS – #leSOW 8


Par Charles Aymard, responsable du pôle Conseil & stratégie en innovation chez Okay Doc.


Vous souhaitez rester au courant de l’actualité scientifique et technologique ? Inscrivez-vous à notre newsletter hebdomadaire Back To Science.


À propos de Okay Doc

Startup innovante, Okay Doc fait correspondre l’expertise des chercheurs (doctorants ou Phd) aux besoins opérationnels des organisations quelles que soient leur taille :
  • Okay Doc Phd Career : Jeune Docteur ou scientifique expérimenté ? Okay Doc dispose d’un service clé en main pour votre recrutement au niveau Bac +8 grâce à notre équipe de chasseurs de talents. Nous travaillons au succès et sans exclusivité.
  • Okay Doc Institute : Conférences, missions de conseil, note de recherche, formations… nous donnons accès à des chercheurs dans différentes disciplines pour réaliser un état des lieux de vos problématiques et les résoudre rapidement.
Notre expérience nous permet d’offrir un service clé en main : sourcer, sélectionner et coordonner les chercheurs dans différentes disciplines pour réaliser un état des lieux de vos problématiques et les résoudre en s’appuyant sur l’expérience et des méthodologies universitaires innovantes.


Inscrivez-vous à notre newsletter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.