Entreprise : faire émerger des solutions efficaces grâce au coaching

Entreprise : faire émerger des solutions efficaces grâce au coaching

Busy business people walking

Okay Doc donne chaque semaine la parole à des chercheurs et des entrepreneurs qui font le lien entre le monde de la recherche et celui des entreprises. Aujourd’hui, nous retrouvons Virginie Fernandez, Docteure en Management et coach en entreprise, qui nous éclaire sur la nécessité d’élargir la vision stratégique des organisations.

Okay Doc : Tout d’abord, pourriez-vous nous décrire votre parcours ?

Mon parcours est au départ assez classique. Après des études universitaires en Langues Etrangères Appliquées spécialité PME-Export, je me suis lancée dans la vie active.

La polyvalence de ma formation initiale m’a permis de mener ma carrière dans deux domaines différents, le commerce international d’une part et le conseil en création d’entreprise d’autre part. C’est dans ce domaine que je me suis particulièrement épanouie en étant en prise directe avec des problématiques qui lient les enjeux de développement économique et de développement humain.

Le choix de reprendre mes études pour une reconversion professionnelle dans la recherche constitue en quelque sorte une suite logique de ce parcours. Finalement, apprendre chaque jour et « préparer demain » en accompagnant les Hommes à se réaliser est ce qui me pousse au quotidien. J’ai le sentiment que c’est l’essence même de la recherche en management.

Votre thèse a porté sur l’émergence de la compétence collective en contextes extrêmes, quelles compétences clés avez-vous pu développer pendant votre thèse ? En quoi votre approche est-elle innovante ?

Pendant le travail de thèse, je crois que j’ai pu continuer à aiguiser mon sens de l’observation et de l’analyse. La nature même des contextes extrêmes, où les équipes sont régulièrement exposées à des dangers et où elles doivent agir sous pression temporelle, fait qu’il est important de « capter » l’essentiel rapidement. J’ai donc porté un attention particulière à ce que je voyais, ce que j’entendais, mais aussi et peut-être surtout à ce qui était « caché » ou « passé sous silence ». Le clair-obscur et son sens ont pris pour moi beaucoup plus de place dans ma manière d’appréhender les situations et les Hommes.

Évidemment, la thèse est un exercice de synthèse en soi et je pense avoir su saisir la richesse des observations et en retranscrire l’essentiel de manière intelligible et concise.

En définitive, je dirais que la thèse m’a conduit à aborder les situations dans une approche holistique tout en prêtant attention aux détails apparents qui finalement n’en sont pas nécessairement.

Vous réalisez des interventions afin de proposer une perspective nouvelle sur le management au sein des organisations. Comment vos travaux effectués pendant votre doctorat vous ont-ils amené à dispenser des formations de coaching en entreprise ?

Le coaching en entreprise vient surtout de mon parcours professionnel antérieur à la thèse. En accompagnant les porteurs de projet et des dirigeants, je sentais bien qu’au-delà de l’accompagnement technique, il existait une dimension d’accompagnement humain qui était souvent ignorée. Or « transformer » un salarié en chef d’entreprise, « soutenir » l’élargissement d’une vision stratégique me paraissait être une mission essentielle. Je me suis donc formée à cette fin et je suis titulaire d’une certification de coach.

image from rawpixel id 869461 original 1

Alors que le monde est en mutation rapide, quelles sont les raisons d’un tel besoin des entreprises en experts?

Un bon chef d’entreprise, ce n’est pas celui qui fait tout, c’est celui qui sait bien s’entourer. Il en est de même pour les managers.

Maîtriser son cœur de métier est aujourd’hui essentiel, mais dans un monde qui change en permanence, les organisations ont besoin de se réinventer.

Pour se faire, elles doivent connaître leur marché, mais aujourd’hui ce n’est plus suffisant. Elles ont besoin d’identifier leurs ressources internes et externes. Elles doivent être capables de combiner leurs ressources internes et travailler leur capacité à capter les ressources présentes sur leur territoire.

C’est là qu’interviennent les experts. Avec leur œil neuf, extérieur au train-train du quotidien et non contraints par le poids de pratiques institutionnalisées, ils peuvent identifier des opportunités et faire émerger des solutions efficaces et congruentes avec ce qu’est l’organisation et ceux qui la composent.

Pourquoi est-ce important de valoriser la recherche en France dans le domaine des Sciences de gestion ?

Lorsque j’étais dans le conseil en création d’entreprise, j’avais le sentiment que les outils que j’utilisais n’étaient plus en phase avec la réalité du terrain. La recherche en management et en sciences de gestion permet de « donner du sens » aux pratiques. Elle permet de « savoir d’où l’on vient pour savoir où on va » comme disait Sénèque.

La recherche en management et en sciences de gestion permet de s’affranchir d’une répétition mécanique de ce qui se fait, par habitude ou par tradition. Elle permet de choisir les pratiques, de les définir parce que ce sont celles qui conviennent à l’organisation, à son identité, à ses aspirations. Et quand bien même elle reste dans les habitudes, avoir mené une réflexion et les avoir mises en question conduit à ce que cette décision soit un choix librement consenti et pas une loi imposée par la force de l’habitude ou une croyance en un « one best way » universel.

Quels conseils donneriez-vous à un jeune chercheur qui souhaite valoriser son expertise?

Je crois que je lui dirais « fais-toi plaisir ! » Je pense que sans plaisir, il manque toujours quelque chose. 

Si vous deviez citer une personnalité inspirante pour vous, laquelle serait-elle ?

Elle n’est pas dans mon champ disciplinaire mais j’ai une admiration certaine pour Claudie Haigneré. Première femme française astronaute, elle m’a faite rêver quand elle s’est envolée dans l’espace en 1996. 

Elle était pour moi une pionnière, une femme de tête, une femme accomplie, qui montrait que le déterminisme social que je ressentais à l’époque pouvait être déjoué. 


Portrait VF
Virginie Fernandez – Docteure en management et ATER à l’Université Côte d’azur

Vous souhaitez rester au courant de l’actualité scientifique et technologique ? Inscrivez-vous à notre newsletter hebdomadaire Back To Science


À propos de Okay Doc

Startup innovante, Okay Doc fait correspondre l’expertise des chercheurs (doctorants ou Phd) aux besoins opérationnels des organisations quelles que soient leur taille :
  • Okay Doc Phd Career : Jeune Docteur ou scientifique expérimenté ? Okay Doc dispose d’un service clé en main pour votre recrutement au niveau Bac +8 grâce à notre équipe de chasseurs de talents. Nous travaillons au succès et sans exclusivité.
  • Okay Doc Institute : Conférences, missions de conseil, note de recherche, formations… nous donnons accès à des chercheurs dans différentes disciplines pour réaliser un état des lieux de vos problématiques et les résoudre rapidement.
Notre expérience nous permet d’offrir un service clé en main : sourcer, sélectionner et coordonner les chercheurs dans différentes disciplines pour réaliser un état des lieux de vos problématiques et les résoudre en s’appuyant sur l’expérience et des méthodologies universitaires innovantes.


Inscrivez-vous à notre newsletter

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.