Sur toute la France
contact@okaydoc.fr

Des docteurs à l’ENA : le début de la reconnaissance du doctorat en France ?

Des docteurs à l’ENA : le début de la reconnaissance du doctorat en France ?

Le décret signé par le Premier ministre instituant à titre expérimental un concours externe spécial d’entrée à L’École nationale d’administration réservé aux titulaires d’un diplôme de doctorat a été publié ce 16 septembre 2018 au Journal Officiel. La question du doctorat à l’ENA est un enjeu stratégique majeur pour la Fonction publique, pour les Universités et pour l’avenir de la recherche en France.

A partir de l’année 2019, l’ENA ouvrira, à titre expérimental pendant cinq ans, un quatrième concours réservé aux personnes titulaires du diplôme de doctorat. Ce concours comprendra trois spécialités : sciences de la matière et de l’ingénieur ; sciences de la vie ; sciences humaines et sociales. Même si le nombre de docteurs recrutés chaque année par l’ENA sera encore très faible, ce décret marque symboliquement une étape importante. Pour Okay Doc, l’accès, ainsi réalisé, des docteurs à l’ENA servira incontestablement de point d’appui pour aller enfin vers la reconnaissance du doctorat en France. C’est une étape essentielle mais insuffisante. Au-delà du seul cas de l’ENA, le décret devra notamment permettre d’éprouver un dispositif de recrutement spécial pour les docteurs, en vue de l’étendre à des situations analogues au sein de la Fonction publique. Il aidera également à installer le doctorat comme une formation d’excellence spécifique, à ne plus confondre avec le diplôme distinct de médecin.

Une formation d’élite dans le monde entier

«Alors que la France forme deux fois moins de docteurs que l’Allemagne et cinq fois moins que les Etats-Unis, 30% des experts de haut niveau qu’elle a formés quittent la France après leur thèse. Si nous souhaitons garder notre place dans la compétition économique mondiale, il devient urgent de valoriser la recherche française et de créer des conditions «d’épanouissement» pour les jeunes docteurs» précise Yann-Maël Larher, co-fondateur de Okay Doc et Docteur en droit social, lauréat du prix des Talents de la Recherche. En dehors des réseaux d’anciens, le profil des docteurs n’a rien à envier aux ingénieurs et autres diplômés de grandes écoles. La faible valorisation des docteurs, propre à la France, est un symptôme particulièrement inquiétant, dans la mesure où les organisations sont plus que jamais aux prises avec des questions ou des savoirs technologiques et scientifiques pointus. Or les docteurs peuvent aider les administrations et les entreprises qui ont besoin d’expertises à décrypter le monde et construire l’avenir différemment.

Un levier puissant pour innover en France

Alors que le doctorat est perçu comme une formation d’élite dans le monde entier, les docteurs ont parfois beaucoup de difficultés à convaincre certains décideurs de leur incroyable valeur ajoutée. «La société française perçoit encore trop le doctorat comme une spécialisation déconnectée de la réalité socio-économique et non comme une formation d’experts capables de prendre une part active aux processus de décision. Ce déficit est une explication importante de nos difficultés économiques, mais aussi de l’affaiblissement de notre rayonnement scientifique et intellectuel. Il faut convaincre les organisations de faire confiance aux chercheurs français», précise Cindy FELIO, cofondatrice de la plateforme et Docteure en Sciences de l’information et de la Communication.

Le diplôme universitaire le plus élevé

«De nombreux points nous conduisent logiquement à soutenir que les docteurs ont à leur disposition un ensemble de compétences polyvalentes et hautement techniques pouvant servir de levier puissant à l’intégration de l’innovation. Il convient de rappeler que le doctorat est le diplôme universitaire le plus élevé et que l’ENA corrige seulement une anomalie française» ajoute Cyril COUFFE, co-fondateur de la plateforme Okay Doc et Docteur en psychologie cognitive appliquée, neuropsychologue. «Pour l’obtenir, le niveau master est d’abord nécessaire, ce à quoi s’ajoutent encore en moyenne trois ans et huit mois afin de rédiger une thèse de qualité. Si les docteurs sont capables d’innover dans le domaine du savoir, ils ont aussi un savoir-faire et un savoir-être particulier grâce à leurs activités doctorales et extra-doctorales, ainsi qu’à la gestion de projet. En effet, chaque docteur est formé pour s’attaquer à des problèmes dont nul ne connaît la solution. Une des grandes plus-values d’un doctorat, parfois peu visible mais bien réelle, est l’appréhension des difficultés et la recherche incessante d’aller au-delà du statu quo».

Okay Doc, entreprise créée par trois docteurs aux parcours et aux disciplines complémentaires, simplifie l’accès à la recherche de haut niveau à travers la 1ère plateforme de chercheurs permettant de répondre aux nouveaux enjeux numériques des organisations. Il s’agit de libérer le potentiel colossal de la recherche française en rendant les chercheurs visibles et accessibles auprès des entreprises et des organisations sous la forme de travaux exploratoires, de séminaires prospectifs et de notes de recherche en lien les transformations dans la société.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.